© 2019 par La Fine Compagnie

  • fb
  • insta

Rebondissant sur une proposition de la M.A.C de Sallaumines de s’associer à un auteur autour d’un tableau issu de son fond d’art contemporain, nous avons créé « Cailloux » en 2013/2014.

Olivier Ka est associé à l’écriture, inspiré par l’oeuvre “Pierres 1-16, 2ème état” du peintre Henri Cueco. Inspiré par le réel également, par les échanges riches et émouvants, vécus dans le cadre d’actions culturelles que nous avons mené aux côtés

de la M.A.C de Sallaumines dans ce bassin minier à l’histoire industrielle si marquée.

 

Avec les cailloux comme métaphore filée et un décor respirant comme un vrai personnage, la pièce se constitue de deux monologues. Où l’on découvre tout d’abord le passé de Marcellina, une vieille dame qui a connu l’émigration, la mine et la désertification de sa contrée. Puis où l’on se confronte à la grande inconnue du présent par la voix de Dylan, jeune adolescent héritier du vide.

Avec ces deux personnages, nous avons voulu nous pencher sur les liens ténus et pourtant ô combien fondateurs qui unissent passé et présent ; faire écho ; confronter les époques et leurs représentations ; expérimenter la transformation du lieu ; palper le passage du temps et gratter cette patine dans laquelle il arrive souvent que nos pas s’engluent sans qu’on ne le sache vraiment.

Le solo de Marcellina

(80 ans bien tassés)

"6 janvier 1919. Mon père a huit ans. Il court dans un champ , il bute sur une racine, il tombe. Nez à nez avec un lièvre. Il dira toujours : c'est le premier français qui m'a regardé. Le lièvre est resté là, immobile.

À la maison, on a jamais mangé de lièvre."

Dans le désordre dont elle est la gardienne, Marcellina charrie les pierres de son existence. Mille cailloux qu’elle embrasse ou repousse au gré des caprices de sa mécanique intime.

 

Le solo de Dylan

(même pas 15 ans)

"Ma mère, elle est arrivée ici. Elle avait pas deux ans. Ses parents, ils lui ont jamais rien raconté de leur vie d'avant. Même, ils ont arrêté de lui parler en italien. Genre pour quelle apprenne mieux le français. Sauf que, comme eux, ils savaient pas parler français, ils ont juste arrêté de lui parler."

Perdu dans le terrain vague de ses envies, Dylan bute, chute, teste et re-teste. Une vie à construire, déjà si lourde, encore si vide... (ou bien le contraire).

DISTRIBUTION

 

Texte

Olivier Ka & les Estropiés

 

Mise en scène & marionnettes

Johanne Gili et Bénédicte Holvoote

 

Oeil extérieur

Olivier Boudrand

 

Jeu

Johanne Gili

 

Lumières

Flore Marvaud

 

Musique

Bastien Lacoste

 

Construction

Yoann Cottet, Chloé Bucas, Cristiana Daneo 

INFORMATIONS

Spectacle tout public

Création : 2013 - 2014

A partir de : 9 ans

Durée : 45 minutes

Coproduction : Les Estropiés, La Fine Compagnie et la M.A.C de Sallaumines

Avec le soutien de : Conseil Général du Pas-de-Calais (62), Villa Mais d’Ici (93)

Un spectacle labellisé par les CG du Nord et du Pas-de-Calais

Lieux de diffusions passées : fête de quartier des 4-Chemins à Aubervillers (93) - Auditorium du Conservatoire - La Houillère CSC André Dhotel - Rondecouture Salle Dubedout - festival off mondial de la marionnettes à Charleville-Mézières (08), Villa Mais D'Ici (93), Maison de retraite de Forest (59),

M.A.C de Sallaumines (62),